Une alimentation saine

Qu'est-ce que lokavorstvo et pourquoi il devient populaire?

De nos jours, il n'est pas nécessaire d'aller dans des pays lointains pour goûter des plats traditionnels pour différents peuples du monde. Des panneaux lumineux vous invitent continuellement à goûter aux chefs-d'œuvre culinaires des cuisines méditerranéenne, chinoise, japonaise, française, grecque, géorgienne, arménienne et bien d'autres. Et ces noms n’ont surpris personne depuis longtemps. Mais si vous voyez soudainement le restaurant "Lokavorskaya cuisine", alors probablement, avec étonnement, demandez à nouveau: "Lokavorskaya, c'est quoi?" Alors, qu'est-ce que lokavorstvo et qu'est-ce que cela a à voir avec la culture gastronomique?

Qu'est-ce que lokavorstvo et d'où vient-il?

Le terme "lokavorstvo" est toujours un néologisme non seulement pour la langue russe, mais également pour l'anglais, qui a en fait créé ce mot. Pour la première fois, le terme n’a commencé à être utilisé aux États-Unis qu’en 2005, et il a été introduit dans les dictionnaires, en particulier Oxford, en 2007 seulement. À propos, il est devenu l’un des mots les plus utilisés de l’année.

Locavore doit son origine à deux mots: local, qui se traduit de l'anglais par "local" et vorare, qui signifie en latin "mange, mange". Ainsi, s'il est traduit littéralement, lokavorstvo est "manger local".

Dans la culture gastronomique moderne, le lokavorisme, ou Lokavorizm (locavorisme anglais), fait référence au principe de nutrition basé sur l'utilisation de produits exclusivement locaux. En fait, le lokavorie est un aliment classique sur une base géographique. Lokavors cuisine à partir de ce qui pousse à proximité.

Les premiers principes du lockourisme à des fins d’expérience ont été mis à l’essai en 2000 par les journalistes canadiens J. Mackinon et A. Smith. Pendant un mois, ils mangèrent exclusivement de la nourriture locale (cultivée à moins de 100 miles d’eux). Après une expérience menée par des journalistes, le soi-disant régime de 100 miles a même été créé et les créateurs d'entreprises locales ont rapidement trouvé des personnes partageant les mêmes idées aux États-Unis.

Les chercheurs de la culture gastronomique russe sont convaincus que ce ne sont ni les Canadiens ni les Américains que la primauté de l’idée de manger exclusivement des aliments locaux leur appartient. Au 19ème siècle, l’agronome russe A.T. Bolotov a exhorté ses compatriotes à ne manger que des produits de leur région.

Que veut dire "local": l’opinion de lokavors

Les principes du "local", selon ce système alimentaire, s'appliquent à la plupart des produits. Il s’agit principalement de légumes, de fruits, de baies, de viande et de produits laitiers, d’œufs. Et pour les adeptes particulièrement zélés de lokavoria, même «l’origine» du bois de chauffage et des ustensiles de cuisine - ils les choisissent également, en tenant compte du principe régional.

Ceux qui ont entendu parler de la serrurerie pour la première fois ou qui sont nouveaux dans le système sont principalement intéressés par ce que les créateurs de cette cuisine veulent dire quand ils parlent de produits "locaux". Mais ici les opinions des partisans de lokavorizm sont quelque peu différentes, à cause desquelles il est de coutume de parler de conservateurs et de libéraux de lokavorov. Les premiers ne considèrent que localement ce qui a été cultivé ou créé à une distance maximale de 150 à 160 km du logement d’une personne. Dans le système de règlement américain, un rayon de 100 milles est pris pour le standard de "localité". Les libéraux libéraux ne sont pas aussi stricts dans la détermination de la localisation des aliments. Pour eux, local est tout ce qui a grandi dans un pays ou une région. En passant, aux États-Unis, il existe même un «kilomètre alimentaire». Selon ce concept, un produit fabriqué dans un rayon de 640 km du lieu de vente peut être qualifié de local.

En résumé, il s’avère que si un de nos compatriotes décide de devenir un lokavor, cela signifie qu’à l’avenir, il devra manger soit cultivé dans son propre jardin, soit choisir des produits exclusivement issus de la production nationale dans les supermarchés. C’est-à-dire qu’il n’ya pas de mandarines, d’ananas, de citrons et d’autres sucreries à l’étranger auxquels nous sommes tous habitués.

Cinq principes de lokavorstva: un guide pour les débutants

La localité

C’est la première, la plus importante et qui découle directement du principe du nom. C'est-à-dire que toute la nourriture de la cuisine de Lokavore est locale. Il ne reste plus qu'à déterminer vous-même quel territoire restreindre la "localité" dans votre cas particulier, c'est-à-dire à quel type de lokavors vous vous considérez - conservateur ou "avancé". En tout état de cause, cette distance n’est pas supérieure à 160 km du lieu de résidence.

C'est-à-dire que pour les écluses de notre pays, les pommes néerlandaises, les pommes de terre égyptiennes ou les carottes turques sont des tabous.

Le locorisme sous une forme plus stricte - ce sont des produits recueillis dans votre propre jardin. Néanmoins, les lokavors qui commencent ou qui condescendent à laisser de petites quantités de plats étrangers à leur menu. Pendant ce temps, dans la plupart des cas, le lockourisme est la cuisine traditionnelle d’une région ou d’un pays.

Saisonnalité

C'est le deuxième principe de la cuisine classique de Lokavore. Peu importe la forme sous laquelle le produit apparaît sur votre table - brut ou après traitement thermique. Beaucoup plus important est que c'était un produit exclusivement saisonnier. C'est-à-dire que si plus tôt vous vous gâtiez régulièrement de fraises en plein hiver, il vous faudra abandonner le mode locavore. L'été est la seule occasion pour les lokavors de déguster des fraises. Les mêmes principes s'appliquent à tous les fruits et légumes. La logique d'une telle interdiction est qu'en hiver, les légumes et les fruits arrivent dans notre région en provenance d'autres pays, ce qui constitue une violation du principe premier et le plus important de lokavorstva. Mais il convient de noter que ce type de restriction ne s'applique pas aux préparations à base de légumes ou de fruits pour l'hiver.

En observant les principes de la saisonnalité, au printemps, les lokavors peuvent utiliser, par exemple, de la laitue en feuilles, des radis, des légumes verts. En été, la cuisine de Lokavore consiste en un ensemble complet de fruits, de baies et de légumes directement du jardin. L’automne dans le plan gastronomique est principalement composé de pommes de terre, carottes, céleri, potiron, pommes, prunes, poires, noix et bien plus encore. Et en hiver, il faut rappeler aux lokavoras les betteraves, les radis, les fruits secs, les cornichons maison, la choucroute, les conserves et les compotes. Certes, nous devons tenir compte du fait que selon le principe de saisonnalité pour différentes régions de la planète, il existe un ensemble de produits différent.

Respect de l'environnement

Les locateurs, qui utilisent des aliments locaux, veillent non seulement à leur santé, mais aussi à la "santé" de la planète.

Les adhérents du lokavorizm s'opposent à la pollution de l'environnement. Les produits locaux ne nécessitent pas de transport long avec des réfrigérateurs, ce qui signifie que des substances beaucoup moins nocives sont libérées dans l'atmosphère, ce qui est bénéfique pour l'environnement.

Naturel

La cuisine de Real Lokavore est composée de produits qui n’ont pas été traités avec des pesticides ni d’autres produits chimiques, elle ne contient pas de conservateur, de colorant ni d’exhausteur de goût. Lockavers ne reconnaît catégoriquement pas les produits issus du génie génétique, ne mange pas de viande d'animaux élevés avec des antibiotiques ou des hormones. Sur les tables de lokavors - tout n’est que naturel, exclusivement dans la forme et avec la composition chimique prévue par la nature.

Soutien des fabricants nationaux

Un lokavor passionné, très probablement, va développer des produits pour sa table par lui-même. Mais s'il n'a pas une telle opportunité ou envie, il n'ira pas non plus au supermarché le plus proche pour les ingrédients nécessaires au dîner. En règle générale, les agriculteurs locaux fournissent de la nourriture pour les lokavors. Alternativement, vous pouvez rechercher ce dont vous avez besoin sur le marché agricole local. Mais dans ce cas, le lokavore demandera au vendeur son produit de manière très méticuleuse.

Avantages de Lokavorska

Même A. Smith et J. Mackinon ont prouvé que le passage à la nourriture locale ne rend pas du tout le régime pauvre et monotone. De plus, avec leur exemple, les reporters ont démontré que le lockourisme est savoureux et sain.

Beaucoup reconnaissent que les principes de nutrition énoncés dans le lokavorizm confèrent au corps humain de nombreux avantages. En particulier, les produits contenant des conservateurs ou d'autres substances nocives pour l'homme ne tombent pas sur les tables lokavor. Puisque les fruits et les légumes consommés par les lokavors mûrissent à proximité, il n’est pas nécessaire de les cueillir à moitié verts ou de les traiter avec des produits chimiques pour ralentir le processus de pourriture. L’un des principes du lockourisme est l’utilisation exclusive d’aliments de saison, qui, comme le montrent les résultats de la recherche, sont très facilement absorbés et digérés par le corps humain. De plus, pendant "votre" saison, le produit contient le maximum de nutriments possible, ce qui est également important pour le maintien de la santé.

Selon une théorie, au cours de l'évolution, le corps humain est habitué à la nourriture locale et digère davantage à l'étranger.

En d’autres termes, si nos ancêtres n’utilisent pas, par exemple, l’huile de palme depuis des siècles, un tournesol, une citrouille ou une autre plante locale plus familier est préférable pour nos organismes.

Suivre le régime Lokavorsky présente un autre avantage pour la santé: il réduit considérablement le risque de développer une réaction allergique ou une intolérance alimentaire. Il est particulièrement utile de ne manger que des aliments locaux pour les femmes enceintes et les jeunes enfants. Cela est reconnu même par les nutritionnistes qui sont très sceptiques quant à l’idée d’une transition totale vers le lockourisme. Et la nourriture locale, à sa saison, est plus savoureuse que celle importée (rappelez-vous au moins le goût des tomates fraîchement cueillies dans le jardin et celles qui sont pleines sur les rayons des supermarchés en hiver).

En attendant, tout le monde n’admire pas l’idée de lokavorstva avec admiration. De nombreux chefs renommés s'opposent fermement à la gastronomie «fermée», affirmant que la cuisine est un concept global.

Le locorisme dans le monde moderne

Bien que Lokavorizm trouve de plus en plus d'adhérents dans le monde, on peut toujours compter sur les restaurants Lokavorian sur les doigts. Le premier restaurant Lokavorsky dans l'histoire est apparu en 2000 aux États-Unis. Il a été ouvert par Dan Barber, spécialiste de la gastronomie. En passant, il a ensuite été conseiller du président Barack Obama en matière de saine alimentation et de sport. Son restaurant, Blue Hill, a été un projet très réussi, qui a motivé l'ouverture de tels établissements dans d'autres pays du monde.

Aujourd'hui, le restaurant Noma propose une cuisine lokavorienne au Danemark. Suède Lockavers se nourrit à Faviken, situé à 600 km de Stockholm. Les Britanniques ont FoodfromtheSky (nourriture céleste), tous les légumes et les herbes pour lesquels poussent directement sur le toit de l'institution. Et dans le New Jersey américain, il existe même un complexe culinaire Ninety Acres, dont la principale caractéristique est Lokavorsky. En Russie, ce sont les lokavors de la région de Tula qui ont eu le plus de chance - ils ont leur propre restaurant, Mark and Lion, et en Ukraine, les lokavors peuvent aller en toute sécurité dans les restaurants Cranberry et Rutabaga de Kiev.

Conseils pour un débutant

Refuser les aliments non saisonniers

C'est la chose la plus simple qui puisse être faite sur le chemin de lokavorstva. Peut-être que les tomates «en plastique», les fraises sans saveur et les légumes verts sans odeur ne sont pas une grande perte pour un connaisseur d’aliments vraiment savoureux et pour une personne qui prend soin de sa propre santé. Vous ne pouvez pas imaginer l'hiver sans légumes verts et tomates? Ensuite, vous pouvez toujours "installer" sur un rebord de fenêtre un pot de fleurs avec de l'aneth, des oignons verts, du persil ou d'autres herbes préférées. Et certains réussissent à faire pousser des tomates cerises sur les rebords de fenêtres toute l'année.

Récolte des produits de saison

Si vous ne pouvez pas vivre sans fruits, assurez-vous d’avance des provisions pour l’hiver.

Fruits secs, compotes, jus de fruits, conserves, baies et fruits dans son propre jus - tout cela peut être fait soi-même à la maison, et ces friandises vous aideront à "survivre" plus facilement l'hiver sans les exotiques d'outre-mer.

Le thé noir indien est facile à remplacer par une boisson à base d'herbes aromatiques récoltées en été. En outre, les boissons aux herbes sont très utiles pour le système immunitaire et aideront à survivre à la saison froide sans maladie.

Vous n'êtes pas obligé de manger la même chose toute votre vie

L'une des raisons les plus courantes pour lesquelles les gens s'opposent fermement au lockourisme et à la saisonnalité est la crainte que cela affecte sensiblement la variété des menus. Lockavers avec une telle déclaration ne fait que rire. Pour comprendre à quel point la nutrition des lokavors peut être variée, il suffit de goûter au moins une fois à un restaurant de cuisine lokavorsky. Dans le menu de la plupart de ces institutions, vous trouverez d’agréables surprises sous forme de plats intéressants, savoureux et équilibrés. Par exemple, ici, vous pourrez déguster de la gelée de marguerites avec une mousse au concombre, des prunes marinées, du sorbet à l’oseille ou de la bière d’ortie. Et le plus intéressant, le menu des restaurants de Lokavore change complètement au moins 4 fois par an - en fonction des saisons. Le menu de ces restaurants montre que lokavorstvo est un bon moyen d’ajuster vos habitudes alimentaires, de manger plus sainement et d’obtenir un réel plaisir avec les aliments.

Expérience en cuisine

À partir de produits locaux de saison, vous pouvez cuisiner une quantité incroyable de plats très simples et de véritables chefs-d'œuvre culinaires. L'essentiel, n'ayez pas peur d'expérimenter: utilisez les produits que vous aviez l'habitude de contourner, combinez ce que vous considériez auparavant comme incompatible. Créez vos propres recettes uniques.

La mode de lokavorstvo dans notre pays ne fait que gagner en popularité. On ignore si la cuisine lokavorienne deviendra aussi populaire que, par exemple, le chinois ou le japonais. Mais pour essayer personnellement les principes de la locomotion, il n'est pas nécessaire de rechercher le restaurant approprié - tous les plats sont faciles à préparer par vous-même. En outre, si vous suivez au moins de temps en temps les règles du lokavorstva classique, le corps en bénéficiera.

Loading...